Souffler 30 bougies

BallonsSource : Pinterest

Comme je vous le disais dans mon dernier billet, j’ai vécu à fond ma crise de la trentaine. C’est donc avec beaucoup de joie que j’accueille la trentaine, comme s’il s’agissait d’un vent de fraîcheur.

Lire l’article sur Espresso double
Publicités

Un mois, un mot : Juillet – Décomptes

Ces jours-ci, je réalise que le début de mon mois de juillet est synonyme de décomptes de toutes sortes. Alors, tout simplement, les voici :

+ Le décompte des jours avant mon trentième anniversaire
C’est symbolique, mais le fait de tourner la page sur ma vingtaine me fait le plus grand bien. J’y ai vécu des hauts et des bas, mais je compte bien me souvenir de ce qui est ressorti de positif de cette décennie.

+ Le décompte des jours avant mon opération, prise 2
L’an dernier, je me suis fait opérer pour une hernie et, comme je suis très chanceuse, ça a déchiré à nouveau et je dois repasser sur la table d’opération deux jours avant mes 30 ans. Je me dis que tout ça sera derrière moi avant le début de cette nouvelle décennie.

+ Le décompte des souhaits qui se sont réalisés
L’an dernier, j’ai fait 29 souhaits pour mes 29 ans. Je dirais que j’en ai atteint près de la moitié, mais plusieurs sont à travailler jour après jour. Parce que c’est à nous de créer notre chance et notre vie, hein!

Bon mois de juillet!

La revue de 2014

L’année 2014 est déjà enfin terminée.

Une année courte et longue à la fois. Une année de joies et de découragements. Une année d’introspections, de remises en question. Une année en montagnes russes.

Je dois avouer que j’ai souvent souhaité que 2015 arrive plus vite que prévu, comme si elle pouvait effacer les ennuis — de santé, entre autres — que j’ai pu avoir. Néanmoins, lorsque je regarde en arrière, je me rends compte que toutes ces épreuves étaient nécessaires. Du moins, j’ai pu en tirer du positif.

Changer de cap

En 2014, alors que ma fille était encore toute jeune, je me suis mise à me demander sur ce qu’il adviendrait après mon congé de maternité. J’ai donc décidé, à la suite de rencontres avec une conseillère en orientation et de nombreux questionnements, de retourner à l’école afin d’obtenir le fameux diplôme-pas-obligatoire-mais-conseillé qu’il me manquait. Au fil des semaines, même si j’étais passionnée comme tout, les doutes se sont pourtant installés. Étais-je allée au bout de ce que je pouvais donner à mes enfants lors des premières années de leur vie? Ma réponse a été négative. J’ai donc décidé de (re)devenir maman à la maison pour quelques années encore. Mon projet d’études est sur la glace, mais bien présent. Je sais dorénavant ce qui m’allume, me passionne, mais je sais aussi que je veux donner un peu plus de temps à mes enfants. Professionnellement parlant, 2014 m’a donné le look d’une girouette, mais je ne le regrette pas. Sans ces doutes, je ne serais pas si heureuse de mes choix aujourd’hui, ces choix que je m’autoriserai toujours à remettre en question.

Écouter son corps

C’est au cours de l’été, après mon anniversaire, que j’ai subi ma première opération. Il est certain que je préfèrerais oublier mes malchances et les vertiges — encore présents aujourd’hui — qui en ont résulté, mais cet épisode, avec un minimum de recul, m’a fait grandir. J’ai réalisé que notre corps est précieux. J’imagine que toute personne qui côtoie la maladie en prend conscience, mais ça ne m’était jamais arrivé à ce point-là. J’ai réalisé que j’avais besoin de ce corps, que je devais en prendre soin. Pour moi. Pour mes enfants.

J’avais déjà entrepris de perdre mon surplus de poids en novembre 2013 — objectif que j’ai atteint en octobre 2014 —, mais c’était bien plus que ça. Je devais écouter ce que me disait mon corps et, ce qu’il m’a dit, c’est qu’une bonne partie des maux que je subissais était liée à l’anxiété. J’ai encore énormément de travail à faire envers moi-même, mais je sens que je suis sur la bonne voie. Je remercie presque ces malchances de m’avoir permis non pas de constater ce que je devrais faire, mais de le comprendre au plus profond de moi.

Écrire

C’est cette année que j’ai décidé de me remettre à écrire. Ça a commencé tout doucement au printemps, puis j’ai fait la rencontre de Catherine. J’ai eu beaucoup de plaisir à collaborer à son blogue et ça m’a donné envie de continuer via Maman M. Nous volons toutes deux de nos propres ailes dorénavant, mais nous avons créé une belle amitié virtuelle. Bientôt, je l’espère, nos enfants pourront jouer ensemble pendant que nous prendrons le thé entre mamans.

L’écriture a toujours été nécessaire dans ma vie : pour concrétiser mes questionnements, pour interpeler les autres, pour me faire plaisir aussi. Je profite donc de cette lancée pour continuer à écrire mon blogue, mais également pour me remettre à mes projets littéraires que j’ai mis de côté un peu trop longtemps à mon goût.

Que retirez-vous de 2014?