Le mode de vie zéro déchet

Le mode de vie zéro déchet - Zero Waste Home

Dernièrement, on entend de plus en plus parler du mode de vie zéro déchet, notamment parce que Béa Johnson a fait quelques apparitions dans nos médias à la sortie de son livre au Québec en 2014. (Il était temps!) J’ai appris à connaître le mode de vie de cette femme fabuleuse il y a environ trois ans grâce à un article trouvé au hasard. Bien que ma famille soit encore loin du zéro déchet, nous avons appliqué plusieurs de ses principes, et ainsi, amélioré notre qualité de vie.

Lire l’article sur Espresso double

 

Ma maison écolo

Mon amie nous demandait dernièrement quels étaient les petits gestes verts que nous posions au quotidien. Après vous avoir parlé de mon mariage vert tendre, j’ai décidé de réaliser cet exercice qui, je crois, devrait être fait par tout le monde. Il y a toujours place à l’amélioration, non?

1. On refuse

Dans la vie, une panoplie de gens, d’entreprises (et alouette!) croient qu’ils sont merveilleux parce qu’ils donnent ce qu’ils n’utilisent plus ou, encore, offrent des échantillons de toutes sortes. Il est si facile de prendre et de s’encombrer de milliers de trucs qui ne serviront jamais : des stylos, des vêtements qui ne nous font pas, etc. Cette manie de donner ce que nous ne voulons pas — ou de recevoir ce que les autres ne veulent plus — incite à la consommation. On donne pour se déculpabiliser de cet achat irresponsable ou de ceux à venir… Refuser signifie pour moi d’éviter d’accumuler, donc de vivre dans un espace correspondant à nos besoins. Ainsi, nous avons moins d’espaces à entretenir, à chauffer inutilement, etc. Si tout le monde vivait ainsi, beaucoup d’énergie serait économisée : j’en suis assurée.

2. On réutilise/emprunte

Avant d’acheter du neuf, nous fouillons dans la maison à la recherche de ce qui pourrait convenir à nos besoins. Ensuite, nous regardons dans notre entourage ou dans les bazars. Pourquoi acheter un outil que nous n’utiliserons qu’une seule fois si nous pouvons l’emprunter ou le dénicher usagé? S’il s’agit de besoins temporaires, comme les vêtements des enfants, nous appliquons le même principe. Nous empruntons tout d’abord les vêtements d’amis qui ont également des enfants, nous dénichons des vêtements à donner, puis nous fouillons sur Internet pour acheter les morceaux manquants. Dans ces cas précis, les vêtements sont toujours beaux, puisque ces petites bibittes grandissent si vite! Et, pour les taches qui pourraient apparaître, il existe cette barre détachante magique!

3. On frotte vertement

Nous avons tout d’abord éliminé les papiers de type essuie-tout de notre consommation. Nous optons plutôt pour une jolie pile de guenilles soigneusement placées sous l’évier de la cuisine et dans l’armoire de la salle de bain. Nous utilisons ensuite les produits Bio-Vert et Attitude, que l’on retrouve facilement en épicerie et en pharmacie, ou encore des recettes faites maison.

4. On marche et on prend l’autobus

Bien que nous habitons dans le West Island, nous utilisons très rarement une voiture. Nous marchons, prenons le vélo en été, et la poussette et le transport en commun en toute saison.

5. On mange local et bio

L’été et l’automne, nous sommes fidèles à nos fermiers de famille. Le reste de l’année, nous sélectionnons la section appropriée à l’épicerie. Nous pensons toutefois faire le saut avec Les Fermes Lufa au cours de la saison hivernale.

6. On utilise la corde à linge

Éviter la sécheuse, en utilisant le support ou la corde à linge, c’est merveilleux. En plus, le soleil, c’est merveilleux comme détachant… surtout avec les couches lavables!

7. On possède de jolies couches lavables

Bien avant de tomber enceinte de mon garçon, mon mari et moi savions que nous utiliserions les couches lavables. Dès que mon test est devenu positif, je me suis davantage renseignée sur les foufounes écolos et j’en suis devenue une adepte. Mon kit comprend en grande partie des couches de conception québécoise, quelques canadiennes et quelques inconnues, puisqu’il s’agit de couches échangées ou achetées usagées. Outre nos belles couches, ou plutôt celles de nos enfants, nous utilisons les débarbouillettes plutôt que des lingettes jetables ainsi que des feuillets lavables en molleton. Je tiens évidemment à faire une mention spéciale à la fameuse Patatras! de Pissenlit & Coccinelle parce qu’elle sent si bon, qu’elle est fabriquée au Québec et qu’elle est entièrement naturelle.

8. On recycle le #6

Keep Calm and Recycle

Vous savez, ces contenants qui n’étaient recyclables que sur papier et dans nos rêves? Nous, on les recycle grâce à un projet pilote de notre écocentre. Je sais, vous êtes tous jaloux! J’espère que cette initiative portera ses fruits et que nous pourrons tous le faire éventuellement.

9. On recycle tout court

Évidemment, nous amenons aussi l’électronique, les piles et les matières dangereuses à ce même écocentre. Nous remplissons également notre gros bac vert avant chaque jeudi. Ce n’est pas si impressionnant, je sais, mais mon voisin ne le fait même pas… Tristesse.

10. On cuisine

Et, si possible, sans viande! Il n’y a rien de moins écolo que la viande! Imaginez… L’énergie et l’eau utilisées pour faire pousser un champ. Le bétail qui le consomme. Le transport pour l’amener à l’abattoir. L’énergie liée au processus qui s’en suit. Le transport vers la transformation, l’emballage, le centre de distribution, l’épicerie… J’en ai des frissons… Alors nous tentons d’éliminer le plus possible cette viande de notre alimentation. Nous cuisinons également notre propre pain, en plus de tout le reste. C’est plus économique, plus écologique et plus goûteux.

11. On rénove

Puisque nous sommes nouvellement propriétaires, nous pouvons désormais faire des améliorations sur la maison où nous habitons. Nos projets consistent avant tout à la rendre davantage écoénergétique. Je rêve d’une maison à énergie zéro, mais, ça, c’est une autre histoire.

12. On pense au futur

J’oublie probablement un tas de trucs dans cette liste. Néanmoins, je sais que nous sommes loin d’être parfaits. Pour l’avenir, je veux tenter d’en faire plus. Personnellement, j’aimerais arrêter complètement ma consommation de viande. Je me suis achetée des tampons démaquillants il y a une semaine : ils sont à l’essai en ce moment. Je dois compléter ma collection de serviettes hygiéniques lavables, puisque je n’en ai qu’une seule de chez Éconolomom. Je compte également m’acheter ma nouvelle taille de coupe menstruelle, car, après les couches jetables, je crois bien que les produits hygiéniques pour femmes doivent figurer dans le top des déchets mondiaux. Autrement, je veux me confectionner des mouchoirs lavables pour éliminer la boîte de mouchoirs jetables et trop souvent rugueux.

En ce jour de la Terre, que faites-vous pour notre planète?