La rentrée J-2 et J-1 : les derniers préparatifs

Depuis hier, c’est un peu la course folle! J’en viens un peu à me demander comment je ferai pour y arriver quand la session aura commencé. Pendant que ma sauce à spaghetti cuit doucement sur le feu, je fais mon lavage, prépare mon sac d’école, révise mon horaire, rassemble les éléments de mon costume d’initiée,  m’occupe de mes enfants et, bien entendu, stresse! Je sais que je ne dormirai pas beaucoup, que ce ne sera pas facile tous les jours, mais aussi que tout ira bien. Oui, tout ira bien.

La rentrée J-3 : le menu de la semaine

Ma première tentative de menuTenter de bâtir un menu après avoir fait son épicerie, ça sonne à la fois comme le contraire de ce qu’il faudrait faire et comme un semi-échec. Je suis réaliste et je sais que les plats choisis seront possiblement cuisinés à d’autres moments… Je suis encore loin d’être la reine de l’organisation! Je tenterai de faire mieux la semaine prochaine.

Faites-vous vos menus de façon hebdomadaire ou mensuelle?

La rentrée J-5 : les collations

Muffins choco-betteravesPuisque c’était le temps des betteraves dernièrement et qu’il m’en restait de mon panier bio, j’ai décidé de commencer mes fournées de collations. Aujourd’hui, je préparais mes muffins choco-betteraves (qui se congèlent bien). Demain, ce sera mon pain aux courgettes et, s’il me reste du temps, mon pain au citron. Mes lunchs auront une touche sucrée ce mois-ci.

* * * * * * * * * *

Muffins choco-betteraves

Ingrédients :
Quelques betteraves râpées
1 tasse de beurre non salé
1 c. à thé d’essence de vanille
1 1/4 tasse de sucre
1/4 tasse de cacao
2 oeufs
2 tasses de farine
1/2 c. à thé de sel
2 c. à thé de poudre à pâte
1/2 tasse de brisures de chocolat
1 tasse d’eau, au besoin

Instructions :
1. Préchauffer le four à 350 °F.
2. Dans un chaudron d’eau bouillante, faire cuire les betteraves jusqu’à ce qu’elles soient tendres.
3. Lorsqu’elles sont cuites, les passer sous l’eau froide et les réserver.
4. Dans un bol, battre le beurre avec l’essence.
5. Ajouter graduellement le sucre, le cacao tamisé et les oeufs.
6. Dans un autre bol, tamiser ensemble la farine, le sel et la poudre à pâte.
7. Mélanger cette préparation au premier mélange en alternant au besoin avec de l’eau.
8. Incorporer le chocolat et les betteraves.
9. Cuire au four pendant environ 30 minutes.

La rentrée J-7 : la rencontre d’accueil

La rentrée à l'UQAMEn juillet, j’ai reçu une invitation à assister à une rencontre d’accueil de la Faculté de communication de mon université. À ce moment-là, je me suis dit que je n’irais pas, puisque je connaissais déjà les lieux. Toutefois, la semaine dernière, j’ai changé d’avis et j’en suis bien heureuse. La rencontre m’a permis de connaître certaines particularités de mon programme et de parler à quelques personnes qui étudieront avec moi. (On se rappelle ma hantise d’être «la vieille qu’on évite».) J’avoue toutefois m’être sauvée de la visite guidée afin d’aller faire ma carte étudiante, prendre mon agenda scolaire et me louer un casier. L’ancienne étudiante en théâtre en moi trouve d’ailleurs cela très perturbant d’entrer dans les vestiaires du «R», le pavillon des sciences de la gestion. Dans une semaine, je serai à nouveau sur les bancs de l’école. Je ne le réalise pas encore. Vraiment pas. Et il me reste des tonnes de choses à faire. Évidemment.

Photo : Source

Faire ses choix de cours

Horaires

Ça y est! J’ai récemment complété mon inscription à temps complet au baccalauréat en relations publiques. Mes choix de cours ont été simples : j’ai suivi leurs recommandations quant au cheminement. Dès septembre, j’aurai donc cinq cours auxquels j’assisterai. J’avais d’abord choisi cinq matins, puisque c’est beaucoup plus facile avec les horaires de mon mari et ceux de la garderie, mais, déjà, l’horaire a changé sans préavis. C’est la première fois que cela m’arrive et, évidemment, cela se produit à une période de ma vie où l’horaire compte vraiment pour moi. Ce n’est que le premier signe que je ne pourrai pas tout contrôler et que tout ne fonctionnera pas toujours selon mes plans. La vie de maman, quoi!

Première rencontre

AcceptationJeudi dernier, je me suis rendue à l’université afin d’assister à une première rencontre au sein de mon programme. Ça m’a fait tout drôle de marcher à nouveau dans ces couloirs que je connais par coeur. De me dire que ce sera mon tour… à nouveau. Il est certain que j’éprouve certaines craintes, notamment en ce qui a trait à la différence d’âge que je peux avoir avec la majorité des étudiants. Néanmoins, je sais que j’arriverai à me faire des amis et à créer ma place dans ce milieu professionnel fort compétitif.

Le cybermentorat

Dernièrement, j’ai annoncé à mes proches que je retournais à l’école. Cette décision, je la dois autant à d’autres qu’à moi. Alors que j’étais déjà enceinte de ma fille, il y a un peu plus d’un an, je me suis questionnée : resterais-je à la maison après mon second congé de maternité? Après la naissance de mon fils, je n’avais qu’une seule envie, celle de devenir maman à la maison et de passer le maximum de temps avec mes enfants, avortant par le fait même mes premiers balbutiements en communications. Ensuite, je me suis mise à accepter des contrats de révision linguistique. Je me suis rendu compte que j’avais besoin de défis… et de parler à des adultes! C’est alors qu’ont commencé mes questionnements. À presque trente ans, je DEVAIS faire les bons choix.

C’est à ce moment qu’une amie maman m’a conseillé d’aller voir du côté d’Academos. Il faut préciser que j’hésitais entre : 1- retourner travailler en communications, car cela allait de soi, et 2- choisir une tout autre passion pour un nouveau départ. Je suis donc allée m’inscrire à titre de cybermentorée.

Academos

Mon expérience avec Academos

Si vous avez moins de trente ans, je ne peux que vous recommander cette plateforme. Certes, les cybermentors seront parfois surpris de parler à un adulte en réorientation de carrière, mais, croyez-moi, une fois la surprise passée, les discussions ne sont que stimulantes! C’est une chance inouïe qu’ont nos jeunes de pouvoir s’adresser à des professionnels de tous les milieux, de comprendre concrètement leur réalité et de briser les idées préconçues que nous nous faisons parfois de certaines carrières. Pour ma part, grâce à ces discussions, j’ai pu réduire le spectre de mes choix à deux domaines : les communications, évidemment, et le design industriel.

Et ensuite?

Avec ces pistes, j’ai pu poursuivre mes démarches en orientation — je vous en reparlerai — et arrêter mon choix sur celui que je crois le bon pour moi. Vous savez, Academos fut un excellent point de départ et je trouve important que ce site continue d’exister, de se développer et d’évoluer. Soyez assurés que je deviendrai moi-même cybermentor un jour…!

Maman retourne à l’école!

Remue-méninges

Grâce au recul que m’a procuré mon rôle de maman à la maison depuis deux ans, j’ai décidé de retourner sur les bancs de l’école. Cette décision, qui semble si simple en apparence, fut toutefois très longue à prendre. Chaque jour, je me demandais ce que je ferais après mon dernier congé de maternité. Certes, mon rôle de maman en est un de défis et de surprises de toutes sortes, mais j’ai réalisé que j’avais besoin de voir et de discuter avec des adultes, de sortir de la maison, alouette! Je me suis alors questionnée : est-ce que je continuerais à travailler en théâtre, en communications, en enseignement ou dans un tout autre domaine? C’est ce que vous découvrirez dans mes prochains billets. Il y sera question de mes démarches, de mes choix, de mes interrogations et, bien sûr, de mon nouveau quotidien de maman étudiante!