La corde à linge écolo

La corde à linge écolo

L’un de mes plaisirs du printemps est d’inaugurer ma corde à linge. En plus d’être écologique, cette solution à l’énergivore sécheuse est tout à fait économique. Ça sent frais et, comble de bonheur, le soleil est un puissant détachant!

Comme le temps des couches lavables s’achève pour moi, je suis un brin nostalgique. Lorsque j’ai appris que j’étais enceinte de mon premier enfant, je me suis tout de suite informée sur les façons d’être écolo avec des bébés. Voici qu’elles ont été mes solutions gagnantes quant aux changements de couches. Il y a plusieurs variations possibles, mais ça revient souvent au même.

Les couches

Quand j’ai annoncé à ma mère que nous utiliserions les couches lavables, elle s’est rappelé l’enfer qu’elle avait vécu avec les langes et les épingles, et m’a proposé de payer mes couches jetables! Néanmoins, quand elle a vu qu’une couche lavable, ça s’attache comme une couche jetable, elle a été convaincue. En plus, d’être écologiques, ces couches sont d’autant plus douces et jolies. De belles fesses colorées!

Les lingettes humides

Les lingettes sont si faciles à remplacer. Pour mon premier bébé, j’utilisais tout simplement des débarbouillettes que je trempais dans un petit bol d’eau et que j’étendais sur le bord d’un bac avant de les jeter dedans pour le lavage. Cela fonctionnait à merveille! Quand mon deuxième bébé est arrivé, ça faisait beaucoup de débarbouillettes et ça ne séchait pas assez vite. (J’ai eu des grossesses rapprochées, mais, quand les couches seront terminées, ce sera pour de bon!) J’ai alors fouillé un peu sur les Internets et j’ai découvert que je pouvais utiliser une lotion de change, comme celle de Pissenlit et Coccinelle. La débarbouillette n’a pas besoin d’être séchée et ne risque donc pas de sentir la vieille guenille mouillée…

Les accessoires

Les feuillets lavables

Bien qu’il soit possible d’insérer un feuillet biodégradable dans la couche, comme je le fais en sortie ou à la garderie, il est encore plus écolo et économique d’utiliser un feuillet lavable que nous n’avons qu’à laver en même temps que les couches.

Les sacs de transport

Ils sont pratiques, imperméables et indispensables. Qui a réellement envie de traîner une couche souillée dans son sac? Pas moi, en tout cas. En plus, ils peuvent être très jolis!

Le seau à couches

Il n’est pas obligatoire, mais fort apprécié. Ça fait plus «rangé» à côté de la table à langer et ça évite que le plus jeune parte en exploration dans le tas de couches. Histoire non vécue, heureusement!

Avouez que ça donne envie de faire des bébés… Non?

Une première version de ce texte a été publiée en 2014 sur La Plume Allumée.

La fin d’une époque

Suce AventAujourd’hui, j’ai réalisé que je n’avais plus de bébés. Puisque nous avons décidé, mon conjoint et moi, que nous n’aurions probablement pas de troisième enfant, nous vivons toutes les étapes comme si c’était la dernière fois. Notre princesse a eu un an cet automne et notre girafon fêtera ses trois ans cet hiver. Il nous reste encore plusieurs choses à vivre, mais nous avons quand même quelques petits deuils à faire par-ci par-là.

Hier soir, nous avons jeté les deux dernières suces de notre fille, car elle ne les utilise plus depuis quelque temps. Et aujourd’hui, un déclic semble s’être fait chez notre fils. Petit pot : 5. Couche : 0. C’est une grande première. Espérons que ça se poursuive ainsi!

Quoi qu’il en soit, ces étapes, elles me font un petit quelque chose. Et je ne parle même pas des items pour bébé qui sortent de la maison pour servir dans d’autres familles! Le moïse où ils dormaient quand ils étaient encore minuscules. Le porte-bébé avec lequel je pouvais les garder blottis contre moi de façon si magique. Le Jolly Jumper qui a sauvé tant de soupers pris en 15 minutes. Les vêtements trop petits dans lesquels ils étaient si mignons.

Je pense que je n’ai pas fini d’être nostalgique. Je regarde donc toutes ces belles années à venir.

Et, franchement, je nous trouve très chanceux. Nous, les parents.

Photo : philips.ca