Mon moment détente : café glacé maison, écriture & soleil

Mon moment détente : café glacé maison, écriture & soleil

La semaine dernière, je me suis promis de m’offrir un moment détente (ou plus) par semaine. Alors que les enfants font la sieste, j’en ai profité pour relaxer un peu dans ma véranda. La recette de ma détente? La voici!

+ Un café glacé maison

Le premier de la saison! C’est tout simple à faire, en plus. Dans un grand verre, ici j’utilise un verre à bière, faites couler un café allongé sur 4-5 glaçons. Une fois le café refroidi, ajoutez de la mousse de lait froid (ou simplement du lait si vous n’avez pas la chance de posséder un mousseur). Saupoudrez un soupçon de cacao. Dégustez! Chin!

+ L’écriture

Je me confesse : il s’agit du cahier de bébé de ma fille. J’avais deux mois à rattraper, mais prendre le temps de lui écrire m’a fait le plus grand bien. Je me suis recentrée sur le positif de nos journées, sur son évolution, ses sourires et tout le bonheur qu’elle m’apporte. J’ai même eu le temps de faire le même exercice avec le cahier de mon fils.

+ Le soleil

Je déteste parler de température, mais… que ça fait du bien au moral toute cette lumière depuis quelques jours! Le tournesol que m’a offert mon fils pour la fête des Mères s’est même mis à pousser hier. N’est-ce pas que je possède le plus joli des pots de fleurs pour décorer ma véranda ensoleillée? (C’était le moment so proud of my son.)

Et vous, quel a été ou quel sera votre moment détente de la semaine?

Mon moment détente

ZWH : le livre

Il y a quelque temps, j’ai posté cette photo sur Facebook. Je venais de commencer la lecture du livre de Béa Johnson, celui que j’attendais depuis longtemps. Hier soir, j’ai cependant réalisé que je n’avais lu que l’introduction jusqu’à présent. Pourquoi? Je ne lis que 2-3 pages à la fois, souvent le soir avant d’aller me coucher. Je me suis alors rendu compte que je ne me consacre pas assez de moments de détente, de temps juste pour moi. Je me suis donc donné un but : créer les occasions, m’offrir un moment détente par semaine. Ou plus. Tout simplement. Ça ne doit pas être sorcier, non?

L’abricot, la boutique

J’ai connu Catherine et Julien il y a plusieurs années, alors que je commençais ma (courte) carrière de marionnettiste. (Mais, ça, c’est une autre histoire.) Ils avaient à l’époque créé le site Web de ma compagnie. Depuis ce jour, je me suis intéressée à leur parcours. Les jeunes compagnies en arts graphiques, il en pleut. Néanmoins, L’abricot — qui pourrait résister à ce nom? — se distingue des autres. Elle a ce je-ne-sais-quoi festif et coloré, spontané, mais professionnel.

Et voilà! J’ai reçu leur infolettre ce midi : ils viennent (enfin!) d’ouvrir leur boutique en ligne! Allez y jeter un coup d’oeil… Personnellement, je me laisserai sûrement tenter par la version été de mes cartes de Noël illustrant Montréal…

Montréal en été - L'abricot

La vie imparfaite

Life is wonderful

Après une semaine chargée en petits bobos, en dents qui percent, en émotions et en tâches diverses, je m’arrête un instant pour réfléchir à ceci : la vie n’a pas besoin d’être parfaite pour être merveilleuse. J’ai souvent clamé que ma vie n’était qu’une suite de mauvais choix sur le plan professionnel. Pourtant, avec du recul, mon chemin se dessine, ma place se fait. Je me rends compte que ces «mauvais choix», comme celui de rester à la maison entre mes grossesses, m’ont permis de passer du temps de qualité avec ma famille, d’explorer le travail autonome et les autres opportunités qui pouvaient s’offrir à moi. Je sais davantage qui je suis et ce vers quoi je veux me diriger. Tout compte fait, mes choix étaient bons… et ma vie est tout simplement parfaite!

Petits bonheurs

Édredon

Édredon, Les Incomplètes / © Nicola-Frank Vachon

Le festival Petits bonheurs, destiné à la petite enfance, est de retour cette année pour sa 10e édition. Ce rendez-vous culturel permet de sensibiliser les enfants de 0 à 6 ans aux différentes disciplines artistiques, et ce, par le biais de spectacles et d’ateliers. Mentionnons que cet événement se veut accessible et abordable (8$ pour les spectacles et 4$ pour les ateliers) au grand bonheur de tous, même des moins fortunés.

C’est quand?
Du 2 au 11 mai 2014. Il faut faire vite : les billets partent comme de petits pains chauds!

C’est où?
Dans divers endroits de Montréal, mais également ailleurs au Québec.

Ma recommandation
Mon fils, alors qu’il avait 13 mois, a assisté à la pièce Édredon de la jeune compagnie Les Incomplètes. J’ai vu qu’il restait encore des billets pour ce magnifique spectacle. Allez-y, vous ne serez pas déçus!

Ma maison écolo

Mon amie nous demandait dernièrement quels étaient les petits gestes verts que nous posions au quotidien. Après vous avoir parlé de mon mariage vert tendre, j’ai décidé de réaliser cet exercice qui, je crois, devrait être fait par tout le monde. Il y a toujours place à l’amélioration, non?

1. On refuse

Dans la vie, une panoplie de gens, d’entreprises (et alouette!) croient qu’ils sont merveilleux parce qu’ils donnent ce qu’ils n’utilisent plus ou, encore, offrent des échantillons de toutes sortes. Il est si facile de prendre et de s’encombrer de milliers de trucs qui ne serviront jamais : des stylos, des vêtements qui ne nous font pas, etc. Cette manie de donner ce que nous ne voulons pas — ou de recevoir ce que les autres ne veulent plus — incite à la consommation. On donne pour se déculpabiliser de cet achat irresponsable ou de ceux à venir… Refuser signifie pour moi d’éviter d’accumuler, donc de vivre dans un espace correspondant à nos besoins. Ainsi, nous avons moins d’espaces à entretenir, à chauffer inutilement, etc. Si tout le monde vivait ainsi, beaucoup d’énergie serait économisée : j’en suis assurée.

2. On réutilise/emprunte

Avant d’acheter du neuf, nous fouillons dans la maison à la recherche de ce qui pourrait convenir à nos besoins. Ensuite, nous regardons dans notre entourage ou dans les bazars. Pourquoi acheter un outil que nous n’utiliserons qu’une seule fois si nous pouvons l’emprunter ou le dénicher usagé? S’il s’agit de besoins temporaires, comme les vêtements des enfants, nous appliquons le même principe. Nous empruntons tout d’abord les vêtements d’amis qui ont également des enfants, nous dénichons des vêtements à donner, puis nous fouillons sur Internet pour acheter les morceaux manquants. Dans ces cas précis, les vêtements sont toujours beaux, puisque ces petites bibittes grandissent si vite! Et, pour les taches qui pourraient apparaître, il existe cette barre détachante magique!

3. On frotte vertement

Nous avons tout d’abord éliminé les papiers de type essuie-tout de notre consommation. Nous optons plutôt pour une jolie pile de guenilles soigneusement placées sous l’évier de la cuisine et dans l’armoire de la salle de bain. Nous utilisons ensuite les produits Bio-Vert et Attitude, que l’on retrouve facilement en épicerie et en pharmacie, ou encore des recettes faites maison.

4. On marche et on prend l’autobus

Bien que nous habitons dans le West Island, nous utilisons très rarement une voiture. Nous marchons, prenons le vélo en été, et la poussette et le transport en commun en toute saison.

5. On mange local et bio

L’été et l’automne, nous sommes fidèles à nos fermiers de famille. Le reste de l’année, nous sélectionnons la section appropriée à l’épicerie. Nous pensons toutefois faire le saut avec Les Fermes Lufa au cours de la saison hivernale.

6. On utilise la corde à linge

Éviter la sécheuse, en utilisant le support ou la corde à linge, c’est merveilleux. En plus, le soleil, c’est merveilleux comme détachant… surtout avec les couches lavables!

7. On possède de jolies couches lavables

Bien avant de tomber enceinte de mon garçon, mon mari et moi savions que nous utiliserions les couches lavables. Dès que mon test est devenu positif, je me suis davantage renseignée sur les foufounes écolos et j’en suis devenue une adepte. Mon kit comprend en grande partie des couches de conception québécoise, quelques canadiennes et quelques inconnues, puisqu’il s’agit de couches échangées ou achetées usagées. Outre nos belles couches, ou plutôt celles de nos enfants, nous utilisons les débarbouillettes plutôt que des lingettes jetables ainsi que des feuillets lavables en molleton. Je tiens évidemment à faire une mention spéciale à la fameuse Patatras! de Pissenlit & Coccinelle parce qu’elle sent si bon, qu’elle est fabriquée au Québec et qu’elle est entièrement naturelle.

8. On recycle le #6

Keep Calm and Recycle

Vous savez, ces contenants qui n’étaient recyclables que sur papier et dans nos rêves? Nous, on les recycle grâce à un projet pilote de notre écocentre. Je sais, vous êtes tous jaloux! J’espère que cette initiative portera ses fruits et que nous pourrons tous le faire éventuellement.

9. On recycle tout court

Évidemment, nous amenons aussi l’électronique, les piles et les matières dangereuses à ce même écocentre. Nous remplissons également notre gros bac vert avant chaque jeudi. Ce n’est pas si impressionnant, je sais, mais mon voisin ne le fait même pas… Tristesse.

10. On cuisine

Et, si possible, sans viande! Il n’y a rien de moins écolo que la viande! Imaginez… L’énergie et l’eau utilisées pour faire pousser un champ. Le bétail qui le consomme. Le transport pour l’amener à l’abattoir. L’énergie liée au processus qui s’en suit. Le transport vers la transformation, l’emballage, le centre de distribution, l’épicerie… J’en ai des frissons… Alors nous tentons d’éliminer le plus possible cette viande de notre alimentation. Nous cuisinons également notre propre pain, en plus de tout le reste. C’est plus économique, plus écologique et plus goûteux.

11. On rénove

Puisque nous sommes nouvellement propriétaires, nous pouvons désormais faire des améliorations sur la maison où nous habitons. Nos projets consistent avant tout à la rendre davantage écoénergétique. Je rêve d’une maison à énergie zéro, mais, ça, c’est une autre histoire.

12. On pense au futur

J’oublie probablement un tas de trucs dans cette liste. Néanmoins, je sais que nous sommes loin d’être parfaits. Pour l’avenir, je veux tenter d’en faire plus. Personnellement, j’aimerais arrêter complètement ma consommation de viande. Je me suis achetée des tampons démaquillants il y a une semaine : ils sont à l’essai en ce moment. Je dois compléter ma collection de serviettes hygiéniques lavables, puisque je n’en ai qu’une seule de chez Éconolomom. Je compte également m’acheter ma nouvelle taille de coupe menstruelle, car, après les couches jetables, je crois bien que les produits hygiéniques pour femmes doivent figurer dans le top des déchets mondiaux. Autrement, je veux me confectionner des mouchoirs lavables pour éliminer la boîte de mouchoirs jetables et trop souvent rugueux.

En ce jour de la Terre, que faites-vous pour notre planète?

La ferme de Pâques : dernière chance!

La ferme de Pâques - Carrefour Angrignon

La ferme de Pâques du Carrefour Angrignon se termine aujourd’hui! Si vous avez quelques courses à faire et que vous avez envie par le fait même d’amuser vos enfants, ça vaut la peine d’aller y faire un petit tour. C’est gratuit et facile d’accès en transport en commun. (Vous sortez au métro Angrignon et marchez 5 minutes. Il y a aussi la possibilité de prendre le bus pour un arrêt.) Mon fils de 2 ans a adoré y voir les lapins, les poules, les coqs, les paons, les oiseaux, les chèvres et les ânes. Évidemment, à la toute fin, il n’avait d’yeux que pour la fontaine!

La fontaine - Carrefour Angrignon